Syndrome des jambes sans repos : enfin un espoir de traitement

Le syndrome des jambes sans repos correspond aux « impatiences » dont souffrent un grand nombre de personnes, en particulier des femmes. Ce trouble touche les membres inférieurs, et se traduit par un besoin impérieux de bouger les jambes. Ce besoin intervient surtout au moment du repos, et est induit par une sensation d’inconfort, voire parfois de douleur dans les pieds, les jambes et occasionnellement même dans les bras. Comme ce problème se manifeste principalement la nuit, les conséquences sur la santé peuvent s’avérer dramatiques, puisque cela peut mener au mieux à un sommeil de mauvaise qualité, et au pire à de véritables insomnies, durant lesquelles on est forcé de déambuler jusqu’à disparition des symptômes, qui apparaissent souvent plusieurs fois au cours de la nuit.

Ce syndrome encore mal connu a longtemps été attribué à un problème circulatoire, avant que l’on finisse par déterminer qu’il avait pour origine un trouble du système nerveux, lié à un défaut de mise en repos ou bien à une forme d’hyperexcitabilité. Il a ainsi été démontré qu’une activité cérébrale soutenue suffisait parfois à faire cesser les symptômes. En effet, le trouble semble se situer au niveau de la dopamine, un neuromédiateur qui joue un rôle de modulateur des fonctions motrices. Il se peut également qu’une activité insuffisante de certains neurones soit en cause. Mais il ne s’agit là que de théories, car la cause réelle du syndrome des jambes sans repos est inconnue, même s’il est à peu près certain qu’elle soit cérébrale.

Les médicaments ont une efficacité très relative et leurs effets secondaires peuvent parfois être lourds, surtout dans les cas les plus rebelles où l’on prescrira des opiacés, voire des antiépileptiques. Mais aujourd’hui, comme on sait que cette pathologie est liée à des troubles du cerveau, on peut employer des méthodes telles que l’optimisation cérébrale, qui ont des répercutions très bénéfiques. Après une séance d’évaluation initiale, visant à observer le comportement du cerveau dans différentes situations, viennent plusieurs séances qui permettront de créer de nouvelles voies neuronales dont l’objectif est de favoriser un meilleur équilibre cérébral.

L’optimisation cérébrale est l’une des véritables pistes étudiées aujourd’hui pour mettre un terme aux problèmes liés au syndrome des jambes sans repos. Traitement novateur et totalement individualisé, l’optimisation cérébrale, ou brainwaveoptimization, s’adresse également à d’autres troubles dont la cause cérébrale se traduit par des symptômes aussi bien physiques, dans le cas du syndrome des jambes sans repos, que psychiques, pour les personnes subissant les effets d’un stress post traumatique. Il s’agit d’un processus qui permet d’aider à gérer les émotions, mais qui offre également la possibilité de traiter les états chroniques chez les personnes atteintes d’angoisses, d’anxiété ou de dépression.

L’optimisation cérébrale se base sur des découvertes récentes dans le domaine de la neuroscience et permet de traiter un grand nombre de conditions liées à l’activité neurologique : du simple inconfort émotionnel aux manifestations physiques d’un trouble, en passant par les addictions (cigarette, alcool…) et les difficultés de concentration. Même si les professionnels utilisant ce nouveau traitement sont encore rares en France, on pourra trouver quelques personnes formées à cette technique enseignée aux Etats-Unis en faisant des recherches sur internet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *